Quelques généralités sur la DMLA

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une affection extrêmement fréquente.
On considère qu’après 75 ans, environ 1/3 de la population est atteinte de cette affection, à des stades plus ou moins avancés.

L’origine de la maladie est inconnue mais les facteurs familiaux interviennent beaucoup dans sa survenue. D’ores et déjà, plusieurs gènes ont été identifiés, pour lesquels des mutations favorisent l’apparition de la maladie.

A côté de ces facteurs génétiques, on reconnait d’autres facteurs de risques d’être atteint un jour par la DMLA, comme le fait d’avoir les yeux clairs. D’autres facteurs sont discutés :

  • le sexe féminin
  • le terrain hypertendu
  • artério-scléreux

Parmi les facteurs d’environnement sont reconnus ou suspectés d’aggraver la maladie ou de favoriser sa survenue:

  • l’alimentation occidentale (trop riche en graisse ou en viande)
  • l’exposition importante à la lumière
  • le tabagisme

On distingue plusieurs formes de dégénérescence maculaire.

Les formes de début sont caractérisées par des déchets qui s’accumulent sous la rétine. Ces déchets sont appelés « drusen ». Dans ces formes, les patients se plaignent peu, le diagnostic est souvent porté par un examen systématique du fond d’œil réalisé par l’ophtalmologiste.

Les formes constituées sont les formes sèches d’une part et les formes humides d’autre part.

  • Les formes sèches sont caractérisées par la disparition progressive des cellules visuelles. Cette disparition n’est pas homogène. Elle se fait progressivement par petites plages de rétine, situées souvent en dehors du centre lui-même, qui s’étendent lentement et progressivement.
  • Les formes humides sont au contraire caractérisées par des symptômes d’apparition assez rapide : baisse de vision, tache centrale dans le champ de vision ou déformation des lignes droites.

Les différents examens réalisés (angiographie, tomographie à cohérence optique ou OCT) permettent le diagnostic des vaisseaux anormaux qui s’infiltrent sous la rétine. Ces vaisseaux peuvent saigner. Ils entraînent un œdème de la rétine qui risque d’aboutir à une dégénérescence définitive de la rétine centrale.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge ne rend pas aveugle. En effet, elle peut atteindre fortement le centre de la rétine (la macula) mais elle respecte toujours la rétine périphérique ce qui fait que les patients conservent la vision d’ensemble, la possibilité de se déplacer seul dans un environnement connu, de manger ou de s’habiller seul.

Les traitements diffèrent selon la forme.

 

Dans les formes de début comme dans les formes sèches, le traitement consiste en des cocktails associant vitamines anti-oxydantes, lutéine et zéaxanthine, et oméga 3.

Ces produits peuvent ralentir la progression de la maladie. Ils ne permettent pas de récupérer la vision perdue.

On conseille d’éviter les expositions prolongées à la lumière solaire ou artificielle intense, d’arrêter toute intoxication tabagique, et d’adopter une alimentation riche en fruits frais, légumes verts et poissons gras.

Un essai thérapeutique a débuté en 2016 pour essayer de ralentir de façon plus efficace la progression des formes sèches.

 

Les formes humides ont fortement bénéficié des progrès de la science. Le traitement habituel repose sur des injections de médicaments « anti-VEGF », réalisées directement dans la cavité vitréenne.

Ces injections intra vitréennes ont pour but d’assécher les vaisseaux anormaux et donc d’améliorer l’acuité visuelle des patients.

Les produits injectés ont une durée d’action assez courte, ce qui fait que, en règle, il faut envisager plusieurs injections pour stabiliser de façon durable la vision.

 

 

 

Devant un diagnostic suspecté de DMLA, des examens complémentaires sont donc nécessaires pour préciser la forme clinique. Lorsque des traitements sont réalisés, leur efficacité est évaluée également par des examens complémentaires (habituellement OCT et rétinographies).

Sur la base de ces examens, le médecin pourra vous en dire d’avantage sur la forme que vous avez, son évolution et les traitements qui vous sont proposés.

question-dmla

Question: Comment savoir si on est atteint de la DMLA ?

C'est la réalisation des différents examens rétinographies, OCT, OCT-angiographie, angiographies à la fluorescéine et au vert d'indocyanine qui permettent de savoir si vous êtes atteint de DMLA et d'en préciser sa forme.

Question: Quels sont les symptômes de la maladie ?

Les premiers sympômes les plus fréquents sont l'apparition de tâches dans le champ visuel central, de déformations des lignes verticales et horizontales, une baisse d'acuié visuelle

Question: Comment dépister la DMLA ?

Pour dépister la DMLA, il est recommandé de tester régulièrement sa vision oeil par oeil (en cachant un oeil puis l'autre) et de chercher des déformations des lignes ou la présence de taches centrales