Quelques généralités sur les occlusions veineuses rétiniennes

Les occlusions de veines rétiniennes peuvent concerner la veine centrale de l’œil ou l’une de ses branches.

L’origine exacte est inconnue. Cependant, dans les occlusions de branches veineuses, l’artério-sclérose et l’hypertension artérielle jouent un rôle dans la survenue de la maladie. Les occlusions se traduisent par une baisse d’acuité visuelle associée à un flou visuel.

Des examens complémentaires sont nécessaires : tomographie à cohérence optique ou OCT, angiographie à la fluorescéine. Ces examens permettent de préciser le type et la localisation de l’occlusion.

Habituellement les occlusions de veines rétiniennes vont nécessiter un bilan général à la recherche des facteurs de risque de l’artério sclérose (hypertension artérielle, cholestérol, diabète …).

 

 

Au niveau de l’œil, les occlusions peuvent entraîner une souffrance périphérique de la rétine avec manque l’oxygène (ischémie).
Dans ces cas, le traitement consiste en une photocoagulation des territoires ischémiques pouvant aller jusqu’à la photocoagulation de l’ensemble de la rétine périphérique (photocoagulation pan-rétinienne).

L’autre conséquence de l’occlusion est la survenue d’un œdème de la macula. Ces oedèmes peuvent bénéficier de traitements laser mais les traitements plus récents font appel aux injections intra vitréennes de médicaments.

L’ophtalmologiste a le choix entre deux classes thérapeutiques :

  • les corticoïdes retards
  • les anti-VEGF

Il existe des avantages et des inconvénients à chacun des traitements. Selon votre cas, le médecin ophtalmologiste vous exposera sa préférence.

Les traitements doivent être surveillés par la réalisation d’examen en particulier l’OCT, les rétinographies et parfois les angiographies à la fluorescéine.